Une lettre de Bernadette Soubirous au pape

0
24495

Prophéties pour notre temps
Quel est le secret confié à Bernadette le 23 février 1858 à Lourdes ?

Il n’a pas été révélé mais j’ai retrouvé dans mes archives un document dont je crois utile de livrer le contenu. Il s’agit la traduction, par M. Jean Mittelberger, d’un article paru dans le numéro 45/98 (4 novembre 1998) de la revue Der schwarze Brief , Verlag Claus Peter Clausen, Postfach 1327, DE-4780 Lippstadt (Allemagne). Ce document a également été publié en 1999 dans le bulletin La Simandre de M. l’abbé Lecareux. L’authenticité de cette lettre de Bernadette a été rejetée par le Père René Laurentin dans la revue Chrétiens-Magazine, Bloc-Notes, n°121, du 15 mai 1999.

« Bernadette a écrit en 1879 au Pape Léon XIII afin de lui soumettre des messages pour notre siècle. De ces cinq prophéties, quatre se sont déjà réalisées. Cette lettre, considérée comme perdue pendant 120 ans, aurait été retrouvée par le Père français Antoine Lagrande au Vatican alors qu’il cherchait des documents sur des miracles à Lourdes. Cette lettre au Pape, écrite juste avant sa mort par Bemadette, comprend cinq messages de la Sainte Vierge concernant les événements de notre siècle et l’avenir après l’an 2000. Le contenu de la lettre n’a jamais été publié et les personnes au Vatican avouent qu’elle avait été égarée. Le Père Lagrande a découvert cet écrit en décembre dernier dans une armoire métallique, dans la cave de la bibliothèque vaticane. Il s’agit de cinq pages séparées et sur chaque page se trouve une révélation.

1. La première prophétie parle surtout du développement du sanctuaire de Lourdes après la mort de Bernadette. Elle décrit l’épanouissement de Lourdes en tant que lieu de pèlerinage et l’efficacité de la célèbre source de guérison. .
2. Ce message annonce une série d’importantes découvertes scientifiques, comme l’exploitation de l’énergie électrique, l’ampoule à incandescence, le gramophone et d’autres appareils électriques.
3. La troisième prophétie se rapporte à la prise du pouvoir en Allemagne par Hitler et au nazisme: dans les années 30 se produira une chose terrible se terminant par une guerre dans laquelle presque toutes les nations seront impliquées.
4. Les efforts des hommes pour s’envoler dans l’espace sont annoncés par le quatrième message (annoncé également par le message d’Amsterdam). Autour de l’année 1970, les Américains réussiront l’atterrissage sur la Lune. Prophétie réalisée en 1969 lorsque l’Américain Neil Armstrong a été le premier homme marchant sur la Lune.
5. La dernière prophétie, la plus longue de ces prédictions, la voici : «Sa Sainteté, la Sainte Vierge, m’a dit qu’avec la fin du vingtième siècle arrivera aussi la fin de l’ère des sciences. Une nouvelle ère de la foi commencera sur toute la terre. La preuve sera faite que c’est Dieu qui créa le monde et l’homme. Ce sera le début de la fin de la science en laquelle les hommes ne croiront plus. Des millions d’humains se tourneront de nouveau vers le Christ et la puissance de l’Eglise sera plus grande que jamais. La raison pour beaucoup d’hommes de se détourner des scientifiques sera l’attitude hautaine des docteurs travaillant à la réalisation d’une créature issue d’un croisement entre l’homme et l’animal. Les hommes ressentiront au plus profond de leur coeur que c’est là une chose injustifiable. Dans un premier temps, on ne saura contrecarrer la création de ces monstres, mais les scientifiques seront finalement chassés comme on chasse une horde de loups. Au début du XXIe siècle, on assistera au choc des adeptes de Mahomet et des nations chrétiennes. Une terrible bataille aura lieu dans laquelle 5 650 451 soldats perdront la vie et une bombe très destructrice sera lancée sur une ville de la Perse. Mais à la fin c’est le signe de la croix qui vaincra et tous les musulmans se convertiront au christianisme. Suivra un siècle de paix et de bonheur car toutes les nations déposeront les armes. Une grande richesse s’ensuivra car le Seigneur va répandre sa bénédiction sur les croyants. Sur toute la terre, il ne restera pas une seule famille vivant dans la pauvreté et souffrant de la faim. A un homme sur dix Dieu donnera le pouvoir de guérir les maladies de ceux qui appellent à l’aide. Suite à ces miracles, on entendra les cris d’allégresse d’un grand nombre. Le 21e siècle sera nommé: «Deuxième Age d’Or de l’humanité». (Fin de la reprise de cet article)

Sauf dans la scène apparue à Catherine Labouré le 27 novembre 1830, qui voit s’inscrire en lettres d’or, sous la Dame, les mots « Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous », la Dame des apparitions ne s’est jamais appelée elle-même Marie. Les gens l’ont cependant spontanément associée à la mère de Jésus dans les pays catholiques, de même qu’elle est devenue Femme-Bison-Blanc chez les Sioux. Les 18 apparitions à Bernadette Soubirous se sont déroulées en 1858. J’aperçus une dame vêtue de blanc : elle portait une robe blanche, un voile blanc également, une ceinture bleue et une rose jaune sur chaque pied.

Le jeudi 18 février 1858, Bernadette demande à la Dame de dire son nom et celle-ci lui répond: Ce n’est pas nécessaire. Le 23 février, la Dame lui confie un secret, rien que pour toi, qu’elle résume publiquement le lendemain ainsi: Pénitence ! Pénitence ! Pénitence ! Priez Dieu pour les pécheurs ! Allez baiser la terre en pénitence pour les pécheurs ! Le mercredi 3 mars, trois mille personnes accompagnent Bernadette mais la vision ne vient pas. Plus tard, Bernadette se sent appelée et retourne à la grotte où elle demande son nom à la Dame, qui lui répond par un sourire. Le curé Peyramale insiste : « Si la Dame désire vraiment une chapelle, qu’elle dise son nom et qu’elle fasse fleurir le rosier de la grotte ».

Finalement, le 25 mars 1858, elle dit en gascon (et ce seront ses derniers mots à Lourdes): Que soi era immaculada concepcion.

A toute fin utile, je joins ci-dessous une recherche sur la 9e apparition (25 mars 1858):
Allez boire à la fontaine et vous y laver. Allez manger de cette herbe qui est là. Allez baiser la terre en pénitence pour les pécheurs. »

D’après mes recherches, l’apparition a demandé 3 choses à Bernadette, souvent en présence d’une foule nombreuse. Il y avait 500 personnes à la 9e apparition, le 25 février 1858, lorsque l’apparition lui demande (en patois pyrénéen évidemment, nous n’avons que des traductions en français courant): « Allez boire à la fontaine et vous y laver. Allez manger de cette herbe qui est là. Allez baiser la terre en pénitence pour les pécheurs. » Bernadette a été imitée et suivie car on rapporte que « tous ceux qui étaient là se mirent à embrasser la terre en signe d’humilité ». On a continué à imiter ce qui avait été dit à Bernadette pour ce qui est de l’eau (encore qu’on ne se lave pas beaucoup avec, sauf une touriste que j’ai vue se laver les pieds à un robinet) mais plus du tout pour ce qui est d’embrasser la terre et de manger l’herbe! « Ce sera au jour de l’Annonciation, le jeudi 25 Mars 1858, que la Dame vêtue de blanc avec une ceinture bleue et une rose jaune sur les pieds, de la même couleur que son chapelet, révélera son nom: « QUE SOY ERA IMACOLADA CONCEPCIOU ».

De ces 3 injonctions, seule la première semble être régulièrement suivie par les imitateurs de Bernadette, qui a accompli les 3 gestes demandés: boire l’eau, manger l’herbe et baiser la terre. Lors de l’apparition, « tous ceux qui étaient là se mirent à embrasser la terre en signe d’humilité » mais personne, depuis Bernadette, ne semble avoir mangé de l’herbe de Lourdes. (DB)

25 février : 9e apparition. 500 personnes sont là. La dame ordonne à Bernadette  » d’aller manger de cette herbe qui est là et d’aller boire à la source et de s’y laver. « . Bernadette se livre à des exercices étranges : elle monte à genoux le plan incliné qui s’élève jusqu’au fond de la grotte. Elle baise la terre tout du long. Dans le coin, à gauche, elle forme un petit trou, elle prend de l’eau boueuse, dans le creux de sa main, en boit avec dégoût, et redescend le visage le visage souillé de boue rougeâtre. C’est la consternation. Bernadette vient de découvrir la source ; dès ce jour, les gens vont y puiser, et l’eau se clarifie. Bernadette expliquera ses gestes :  » en pénitence pour la conversion des pécheurs. « 

A la huitième apparition, Bernadette pleure parce que la Dame était triste en demandant de prier pour les pécheurs. A la neuvième, Bernadette baise la terre, marche à genoux, mâche de l’herbe, se montre défigurée à la foule. Bernadette explique que c’est pour les pécheurs que la Dame lui a demandé ces gestes et d’aller boire à la source et se laver.

Le 25 février 1858

Allez boire à la fontaine et vous y laver. Allez manger de cette herbe qui est là. Allez baiser la terre en pénitence pour les pécheurs.

paroles stupéfiantes:«Je suis l’Immaculée Conception… Allez vous laver et manger de l’herbe.»

Pendant quinze jours, elle apparut à Bernadette et leurs conversations portèrent surtout sur l’érection d’une chapelle et l’organisation de processions. Parfois, le dialogue était totalement absurde : un jour, la Dame ordonna à Bernadette d’aller se laver et boire à la source. Bernadette en chercha une, n’en trouva pas et, en désespoir de cause, se mit à creuser le sable. De l’eau apparut et remplit le trou, transformant le sol en boue. Bernadette essaya de se laver et ne réussit qu’à se barbouiller le visage de boue. La foule se moqua d’elle, surtout lorsqu’elle tenta de boire l’eau puis de manger l’herbe, après que l’entité lui ait intimé l’ordre d’aller manger de cette herbe qui pousse là-bas !. Le lendemain, un petit filet d’eau claire coulait à cet endroit. Un aveugle, Louis Bouriette, se lava les yeux à la source et recouvra la vue. Un bébé mourant fut guéri. Le comportement de la foule changea radicalement, le ridicule fit place à l’acceptation fanatique.

La phase suivante des apparitions fut marquée par une demande de pénitence. Bernadette reçut l’ordre d’embrasser le sol pour les pêcheurs. La fillette, et tous ceux qui étaient là, se mirent à embrasser la terre en signe d’humilité.

« On me dit que tu manges de l’herbe comme les animaux » tonne l’Abbé Peyramale, curé de la paroisse. Bernadette tremble car en effet, son comportement à la grotte a de quoi surprendre ces jours-ci ! Ah si elle avait eu des talents de comédienne, elle s’y serait prise autrement… jamais elle n’aurait accepté de faire ce que lui demandait la Dame… Qu’avait-elle à y gagner, alors que les prêtres comme les curieux froncent le sourcil et ne la suivent plus ?

« Elle s’abandonne à d’étranges convulsions » note le Procureur. Convulsions étranges, en effet… Regardez-là. La voilà qui avance à genoux. Elle mange de l’herbe. Elle gratte la terre. Elle embrasse le sol boueux. Elle essaie, en faisant la grimace, de boire l’eau d’une flaque pleine de vase. Regardez la : elle se barbouille le visage et c’est un visage souillé qu’elle présente à la foule….Elle est folle, murmure-t-on, complètement folle. Où est donc la voyante digne et réservée, la jeune enfant joyeuse, spontanée, dont parle la presse ? Mais qui donc lui demande de se mettre dans une telle situation et de nous mimer des choses incompréhensible ? Qui ? Pourquoi ?
Chers amis, il y a comme ça des moments où il faut absolument regarder la réalité en face…

Regarder nos vies en face, même si cela fait mal…Et Bernadette, à la demande insistante de Marie, par ce comportement énigmatique, nous contraint à regarder ce qui nous fait peur : notre visage souillé, nos blessures, l’humilité de notre condition, dans sa crudité, dans sa vérité… Oui, regarder la vie en face, la vraie…