Est-ce crédible et envisageable ?

L’Europe compte aujourd’hui 9 monarchies parmi les plus riches pays démocratiques du monde: L’Angleterre, la Suède, le Danemark, la Norvège, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, l’Espagne, Monaco.

En France, en 2013, le nombre d’années vécues en république est de 153 ans,  si l’on exclue la restauration , les deux empires et le régime de Vichy…

Après plus de 13 siècles de monarchie qui ont construit la France moderne jusqu’en 1789.

Depuis plus de deux siècles, la France a vécu l’expérience de :

  • La fin de l’ancien Régime Monarchiste  par une révolution meurtrière, responsable du  régicide de Louis XVI, condamné à mort à une voix près, celle de son « cousin le duc d’Orléans ».
  • Une première république née dans la guerre civile, la Terreur et le génocide vendéen, 650000 morts, 1792 à 1804.
  • Le premier Empire, s’est terminé à Sainte Hélène, après l’épopée Napoléonienne, qui a décimé toute une génération, de 1804 à 1815.
  • Trois monarchies qui se sont toutes terminées dans l’échec et la révolution, l’exil, Louis XVIII, Charles X, tous deux  frères de Louis XVI,  puis de leur « cousin »,  Louis Philippe d’Orléans,  pseudo-fils  du régicide Philippe « égalité », qui tous feignirent d’ ignorer l’existence cachée du fils de Louis XVI, Louis XVII, évadé du temple en  Janvier 1795, seul héritier légitime.(Le jeune autiste, substitué à Louis XVII en Janvier 1795, et  mort empoisonné en Juin 1795, avait la taille  et les membres d’un adolescent de 15 ans. Ses cheveux avaient un canal médullaire parfaitement circulaire alors que les mèches de cheveux de Louis XVII, conservées par Marie Antoinette, avaient un canal médullaire ovale, rendant les cheveux bouclés naturellement. Voir le livre d’André Castellot «  Louis XVII ». Les analyses ADN pratiquées récemment  sur le cœur de l’enfant du Temple n’ont que la valeur que l’on a décidé de leur attribuer par avance.)
  • La seconde république terminée dans le coup d’état de son président Louis Napoléon Bonaparte, 1848 à 1852.
  • Le second empire, à la fin duquel Napoléon III rendit son épée à Bismarck après la défaite de Sedan, trois mois après un plébiscite qui l’approuvait à 90%…
  • La troisième république dominée par les lois maçonniques, qui se solda par la première guerre mondiale, puis d’une deuxième guerre mondiale, 1870 à 1940.
  • La quatrième république  qui vécut dans l’instabilité parlementaire et l’incapacité de gérer la guerre d’Algérie, 1946 à 1958.
  • La cinquième république fondée sur une constitution donnant au pouvoir exécutif une  capacité de décision accrue, mais vouée à travers 7 présidences successives, à une continuelle lutte des partis, à une modification des mœurs laxistes et décadentes , un endettement colossal, une grave délocalisation des entreprises obsédées par le profit du mondialisme, un chômage démesuré voulu exprès pour casser les salaires des ouvriers français et de la classe moyenne, un afflux tellement massif de population étrangère communautariste, de culture et de religion opposées aux traditions françaises, qu’une fin explosive semble imminente , dans l’anarchie des partis et des ambitions personnelles,  au sein d’une crise sociale et économique sans précédent. 1958 à 201… En additionnant les républiques successives, on obtient 153 années de troubles incessants et de luttes de partis, 2 guerres mondiales, et 4 révolutions.

La naissance du sentiment national

La France eut vraiment  conscience du sentiment national après l’ère féodale, et après la guerre de 100 ans lorsque, sous l’impulsion de Jeanne d’Arc, Charles VII réussit à unifier le territoire à la fin de son règne. Son fils Louis XI et ses successeurs aboutirent à la construction de la France moderne.

Mais la vocation de la France naquit après la Bataille de Tolbiac, quand le chef des Francs Saliens, Clovis, décida de s’allier avec les évêques et le clergé catholique pour sortir la Gaule des mœurs barbares, après l’effondrement de l’empire Romain.

Suite à la victoire miraculeuse de Tolbiac, Clovis se fit baptiser à Reims par l’évêque Saint Remi avec 3000 de ses guerriers,  il  scella  un pacte solennel, l’alliance entre l’Eglise, Dieu et les Francs.

Sa devise «Vive le Christ qui aime les Francs », fut reprise par Jeanne d’Arc qui proclama « Vive le Christ qui est Roi de France », et renouvela  le pacte FONDATEUR de Reims, pacte de protection de  Dieu sur la France,  en faisant établir un acte de donation à Dieu de son royaume, par le roi Charles VII.

Pourquoi le malheur fut-il le lot de la France depuis deux siècles ?

La vocation de la France fut de promouvoir le Christianisme, ce qui lui assura toujours  prospérité et protection divine tant que le roi restait fidèle à Dieu, mais guerres famines et révolutions dès qu’il devenait infidèle au pacte de REIMS.

La constitution civile du Clergé, soumettant l’Eglise de France à la république en  1790, et surtout la loi de 1905 proclamant la séparation de l’Eglise et de l’état, livra la France à son destin, sans la protection du pacte de Reims.

La cérémonie du Sacre de Reims,  auquel tenait tant Jeanne d’Arc, faisait du dauphin un roi oint de l’huile de la Sainte Ampoule, héritier des rois d’Israël, assisté par l’Esprit Saint dans la gouvernance du royaume, et protégé par Dieu tant qu’il restait fidèle à la protection de ses sujets selon les lois évangéliques, veillant à  la justice, et défendant l’Eglise contre ses ennemis.

LES COMMUNIQUÉS POPULAIRES

Le Pape François avant-dernier Pape ?

La prophétie des Papes, attribuée peut-être à tort à Saint Malachie, fut publiée pour la première fois en 1595. Elle annonce 112 Papes depuis...

L’ Avertissement